Carlo De Agnoi commence à photographier en 1970; en 1992 il découvre la multivision et tout de suite l'embrasse comme une passion. Commence ainsi un long travail de recherche pour comprendre pleinement les potentialités de cette forme d'expression.
La fréquentation des environnement nationaux et internationaux du secteur lui donne la possibilité d'échanger ses propres idées et d'acquérir une culture de multivision qui lui consentira à identifier son objectif: celui de communiquer en transmettant des émotions.
Sa production initiale comprend l'expérimentation de méthodologies différentes pour la réalisation des andiovisuels. Cette recherche le conduit à créer un style très personnel qui, pendant les années suivantes, deviendra su carte de visite.
La caractéristique marquante de ce style est la consciencieuse recherche musicale qui accompagne ou, pour mieux dire, joue le rôle de structure fondamentale pour l'accouplement des images.
La photographie, déjà d'excellant niveau, est encore plus exaltée par les atmosphères musicales. Dans les récits, le fil conducteur accompagne le spectateur du début à la fin; pendant le parcours émergent des messages de grande profondeur, que souvent peuvent être compri entièrement seulement quelques moments plus tard. Une subtile influence poétique enrichi de sensibilité ses projections.
Pendant les années du 1996 au 2004 il cherche la confrontation avec autres auteurs internationaux participant à nombreux concours nationaux et européens, où il reçoit plusieurs reconnaissances.
Dans les mêmes années il s'engage à divulguer cette merveilleuse forme d'expression en organisant des festivals et cours d'apprentissage pour qui veut s'approcher à la multivision.
Le rencontre avec Phil Ogden et la suivante visite à First Image & Snappers de Londres, l'une des plus grosses entreprises du monde pour la production de multivision, représentent un pas important dans le choix de son adresse multivisive.
Une recherche constante le pousse à instaurer des collaborations avec des groupes musicaux et de theatre pour la réalisation de scénographies multivisives.
La production des projections complexes pour installations fixes et dans des musées s'ajoute à sa déjà grande connaissance.
cliquer sur les images pour voir les autres    
Une autre expérience particulière qui l'implique c'est la recherche des sujets de caractère historique; à ce genre il dédie quelques montages relatif à des épisodes de la Première et de la Deuxième Guerre Mondiale, à les conflits ethniques et au terrorisme.
Dans le futur photographique il commence son parcours en s'adressant aux paysages et à la nature en général, de laquelle il essaie de faire un portrait extrêmement propre et essentiel, en valorisant ses formes et couleurs.
Avec le temps mûrit en lui l'envie d'explorer aussi le monde de l'homme et ainsi son adresse photographique connaît une radicale transformation.
Son intérêt pour le reportage ethnique le conduit à visiter beaucoup de pays, parmi lesquelles une grande partie de l'Europe, Inde, Ladak, Birmanie, Cambodge, Vietnam, Chine, Turquie, Niger, Algérie, Libye, Tunisie, Maroc, Egypte, Ethiopie, Tchad, Kenya, Tanzanie, Namibie, Ouganda, Etats-Unis, Cuba, Pérou.
Beaucoups de ses oeuvres récitent l'histoires et montres les images de ces lieux, la plupart proposées de façon extrêmement personnelle.
Souvent les gens lui demande quoi le pousse à voyager:
"...sans doute chercher dans des peuples étrangers quels sont les traits qui nous mettent en communion les un avec les autres; m'approcher à eux avec une curiosité jamais satisfaite de connaissance, mais avec le respect dû à des êtres humains qui, comme moi, sont le produit d'une culture qui garde des racines profondes.
Même si je me reconnais comme un fils de mon temps et de ma société, je ne peux pas cacher le fait que notre vie civile est en train de perdre graduellement le sens du rapport humain.
Pourtant, je sens le besoin de redécouvrir, dans des peuple qui ne sont pas encore bouleversés par les effets collatéraux du progrès, la signification des mots comme simplicité, accueil, cadeau, sacrifice, offre, tradition...
D'autre coté je ne peux pas également rester indifférent aux aspects négatifs ou moins nobles que je découvre dans les gens que je rencontre pendants mes voyages: cruauté, pouvoir, vexation, violence...
Mais bien que je considère inacceptable quelques aspects des peuples visités, j'essaie toujours de les encadrer dans leur propre contexte, dans le monde duquel ils proviennent.
Les avances aux gens que je rencontre, et en général au monde naturel, sont basées sur le plus profond respect.
Ce que nous voyons n'est que la surface, mais ce que nous encadrons dans nôtres photographies est encore plus que ça.
Une bonne photo exprime un monde entier.
Mon rapport avec la nature est comme un rapport avec quelqu'un qui te surprend toujours sans jamais te décevoir... un monde duquel nous, les êtres humains, font partie sans être indispensables.
L'expérience, résultée d'un travail qui a duré plusieurs années, unie à la sensibilité, à l'attention et à l'enthousiasme me donnent la liberté d'agir sans jamais excéder dans l'élaboration des photographies; mon travail consiste de laisser parler les images. Je suis seulement le témoin du monde qui se trouve au-delà des mots des hommes.
Je me suis promené dans la planète et je continue à le faire avec une joie profonde et un constant intérêt vers la nature - je me sens comme un homme avec la valise - mais plus je voyage, plus je découvre, ici, seulement un peu au dehors de ma ville, lieux qui en moments particuliers de la journée et dans certaines situations climatiques méritent toute mon attention et deviennent les protagonistes de mes montages.
Bien que le gris soit en train de supplanter le vert, au-dessous de nôtres yeux il y a des trésors... trésors qu'en vaut la peine de s'efforcer de découvrir parce qu'ils nous reconduisent à la juste dimension des valeurs.
Derriére chaque photo il y a un monde.
Derriére chaque monde il y a un homme qui a longtemps imaginé quelle photo, qui a été préparée, étudiée et aussitôt encadrée, a dit: voilà!

info@marcopolomultivisioni.it